Non classé, Vegan, voyage

1 an sans viande : mon bilan

Cela fait maintenant 1 an que j’ai décidé d’arrêter l’apport de viande dans mon régime alimentaire. Comment s’est faite la transition ? Naturellement. Est-ce que c’était difficile ?… On va dire que ça n’a pas été facile, c’est vrai.

Pourquoi et comment j’ai commencé ?

En 2016, je suis allée vivre en Espagne pour un Erasmus. À cette époque, je mangeais de la viande matin, midi et soir (ou presque). Lorsque je me suis rendue compte que cela était trop, j’ai décidé de diminuer : ce qui ne voulait pas dire que je souhaitais arrêter totalement, soyons clairs. Je me suis donc un peu plus penchée sur ce que j’achetais. Et là… horreur. Je suis à l’étranger, donc je n’ai pas avoir affaire aux mêmes produits que mes habitudes en France : viandes mélangées (porc et vache dans le steak haché) et composition détaillée en espagnol (à l’époque, je ne comprenais rien à la langue). Alors, pour être certaine de mes achats, j’ai arrêté d’acheter le jambon et la viande rouge dans mon supermarché.

Je ne souhaitais pas arrêter car d’autres voyages m’attendaient et je souhaitais pouvoir tout goûter lorsque je mangerai à l’extérieur. Et cela est tellement plus simple lorsque l’on voyage de manger de la viande… Dans ma tête tout était clair, je réduisais ma consommation de viande, et à l’extérieur je me faisais plaisir.

Les 6 derniers mois de 2016, je me suis de plus en plus intéressée aux options végétariennes (sans pour autant refuser la viande, que j’appréciais toujours autant). De plus, ma colocataire de l’époque étant végétarienne et nutritionniste, elle me faisait découvrir de nouveaux aliments et recettes. Et ça, viande ou pas, j’ai toujours aimé découvrir de nouvelles saveurs.

En février 2017, je suis arrivée à Barcelone, et autant dire qu’en termes de restaurants et choix végétariens, il y en a, il est donc facile de ne pas manger de viande à l’extérieur. Puis je décide de ne plus manger de viande chez moi, et de continuer lorsque je vais à l’extérieur. Je pense que c’était le meilleur équilibre que j’avais pu trouver jusque là. En revanche, autre chose grandit dans mon esprit : le coût environnemental de la consommation animale… En effet, vous n’êtes sûrement pas sans savoir que produire une vache coûte énormément plus en énergie à la planète qu’un champ de pois chiches. Dure vérité à affronter.

En février 2018, après 1 an de réflexion et après avoir rencontré plusieurs personnes végétariennes et véganes, je décide donc d’appliquer ce que je fais à la maison, à l’extérieur.

Est-ce que j’ai craqué ?

Burger au Bacoa Burger

Oui. Je le dis sans honte. Et je pense qu’il n’y a aucun mal à l’avouer. Chacun son rythme avec ses transitions. Est-ce que croquer dans ces ailes de poulet sauce soja sésame, ou dans ces boulettes de viande à la sauce tomate en pleine conscience m’a fait culpabiliser ? Non. Est-ce que cela me rend moins végétarienne que d’autres ? Je ne sais pas, ceci est un autre débat.

Est-ce que je re-mangerai de la viande ?

50/50 : je ne sais pas encore. Des fois, l’appel de la viande qui fait sentir, sauf celui de la charcuterie. Bizarrement, saucisson et jambon ne m’attirent plus du tout.

Quelles ont été les réactions de mon entourage ?

Je prépare un article spécialement là-dessus : arrêter la viande, est-ce difficile socialement ? Car cela a été une étape importante pour moi.

Quels ont été les effets sur moi ?

Je dois avouer que j’ai meilleure digestion (#jeneferaipasdedessin), mais j’avais plus de ballonnements puisque j’avais augmenté ma consommation de céréales et donc de gluten… J’ai encore du ré-adapter mon alimentation trouvant d’autres aliments permettant de réduire (pas d’arrêter) le gluten. Depuis avoir trouvé cet équilibre, tout va bien 😉

Autre remarque, j’ai la légère sensation d’avoir été plus malade rapidement que les années où je mangeais plus de viande. Mystère.

Également, et c’est un ami qui m’a fait la réflexion, j’ai froid beaucoup plus vite quand je ne fait rien chez moi.

Je tiens à préciser que je continue à manger du poisson. Premièrement pour des raisons sociales, car habitant en Espagne où je dois constamment refuser du Jamón, je me voyais mal refuser à mon entourage une énorme Paëlla : « une paella veggie por favor! “ -> Sérieusement ? Non pas pour tout de suite, même si je n’en consomme plus à la maison, il est vrai que c’est tellement plus simple de pouvoir consommer les poissons et les fruits de mer lors d’un repas à l’extérieur.  

Tapas et chipirones

4 réflexions au sujet de “1 an sans viande : mon bilan”

  1. Je tiens juste à préciser que tu es pesco-vegetarienne puisque tu consommes encore du poisson et que une personne végétarienne ne consomme aucune chair animale ☺️
    Je trouve que tu as fait une belle transition. Ça peut vite faire peur de manger de la viande dans des pays autres que la France car les règles sanitaires ne sont pas les mêmes ☺️ Félicitations à toi pour ta démarche qui est déjà très belle ☺️

    J'aime

    1. Hello Maeva ! Merci de ton commentaire et de tes encouragements ! Je continue toujours ce régime en évitant le poisson dès que je peux/envie. En effet, c’est bien du pesco végétarisme, mais je ne voulais pas mettre de termes trop encombrants (végétalien, pescitarien, flexitarien etc…), c’est pour ça que j’ai juste mis « Sans viande », ne me qualifiant pas de Végétarienne 🙂
      S’adapter aux coutûmes des autres pays c’est pas toujours facile mais une très belle expérience personnelle 🙂
      Des bises ❤

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s